Hey

Welcome to Louis Traveling where I write about my travels in Europe, Asia and the USA.

Nous devrions tous voyager

Nous devrions tous voyager

we should be traveling.jpeg

Dans un article récent, Brad Rickman, le directeur numérique du Condé Nast Traveler, nous rappelle pourquoi nous devrions continuer à voyager en dépit de l'atmosphère mondiale : "la compassion ne repose que sur le contact, une main tendue et non un repli sur soi."

Aux États-Unis, lors d'un événement grave, nous aimons poster un statut sur tweeter ou sur Facebook ou faire une minute de silence en espérant que ce petit appel à la paix et au bien-être enverra d'une manière ou d'une autre des bonnes ondes dans le monde. Bien que ce soit des actes exemplaires avec des intentions sincères, nos tweets et nos souhaits ne font rien de plus que de mettre l'accent sur l'indifférence des Américains par rapport au reste du monde.

Deux jours après les attentats de Paris, Joann Sfar, dessinateur français pour Charlie Hebdo, s'est adressé au monde anglophone avec ce message : "Merci pour vos #PrayForParis, mais nous n'avons plus besoin de religion! Notre foi va dans la musique, les baisers, la vie, le champagne et la joie! #Parisc'estlavie". En résumé, merci pour vos signes de reconnaissance, mais avez-vous pris le temps d'apprendre à connaître ce qui nous définit vraiment? Ce que je me demande c'est : en tant qu'Américains, comment apprenons-nous à connaître nos voisins? Comment pourrions-nous interagir avec eux, collaborer avec eux et lutter contre le mal avec eux? Selon Brad Rickman, le simple fait d'être présent physiquement dans un pays qui n'est pas le vôtre est nécessaire pour comprendre une autre culture et faire preuve de compassion à son égard. 

Il y a quatre ans, je revenais de Paris. Il y a quatre ans, je me promenais entre les mausolées couvertes de mousse du Père-Lachaise, je montais les marches du Sacré-Cœur et je regardais mon reflet dans la Seine. Après les événements récents qui se sont produits dans le dixième et le onzième arrondissements, cela m'attriste d'imaginer un endroit aussi sacré dans de telles souffrances. C'est là que tout a commencé pour moi il y a des années et c'est avec le cœur lourd que je regarde Paris saigner. 

Lorsque nous perdons un être cher, nous essayons de nous remémorer les moments intimes que nous avons partagés. Une pâtisserie recouverte d'un chocolat fondant, une lumière jaune sur une pierre blanche, la première gorgée d'un verre de vin en fin de journée. Voilà ce que représente Paris pour moi !

La meilleure façon de voyager est faite de ces expériences intimes. Un inconnu qui frôle votre bras, y laissant une légère sensation qui vous rappelle qu'il était bien réel. Bien que les monuments et les musées fassent partie de l'expérience de voyage, Brad Rickman pense que ce sont les petits plaisirs sensoriels qui développent notre sentiment d'appartenance à un lieu. 

Au cours des semaines qui ont suivi les attentats de Paris, le Département d'État a déconseillé aux citoyens d'entreprendre tout voyage inutile en dehors des États-Unis. Avec les attentats perpétrés au Mali et la fermeture des magasins à Bruxelles, des vacances en famille ou entre amis à la maison n'ont jamais été aussi tentantes. Cependant, tourner notre dos au monde entier et nous isoler n'est pas une solution aux problèmes auxquels nous faisons face, c'est juste une sorte d'instinct de survie momentané.

Si nous voulons remédier aux problèmes de ce monde, nous devons tendre les mains et ouvrir nos esprits sereinement. Nous devons aller de l'avant avec courage et ouvrir nos bras à ceux qui sont dans le besoin à tout moment. 

Allez vous perdre entre les allées silencieuses du cimetière Père-Lachaise, allez monter les marches du Sacré-Cœur, allez marcher le long de la Seine en fin de journée. Parlez à quelqu'un qui s'est rendu sur place. Asseyez-vous avec un verre de vin et regardez des enfants jouer au football sur des pavés.

Le monde a besoin de moins de rapports, moins de résumés et plus d'expériences directes et sensorielles. À la place de nous détacher encore plus du reste du monde, peut-être que nous devrions nous tourner vers les autres, comme le veut Brad Rickman, et opter pour une intégration plutôt qu'une exclusion si nous voulons un jour que l'humanité trouve la paix.

Read in English

Si vous avez aimé la lecture vous pouvez me suivre sur Facebook à Louis Traveling. J’écris sur mes voyages en Asie et Europe. 

Randonnée dans le parc national de Taroko à Taïwan : le Zhuilu Old Trail

Randonnée dans le parc national de Taroko à Taïwan : le Zhuilu Old Trail